Canyoning à Lyon | Equilibre Vertical

Savoie : le canyon du Grenant interdit depuis le 17 mai 2018

Suite à 5 cas de leptospirose dans le canyon du Grenant détectés en septembre 2017 (article du Progrès d’avril 2018) des analyses d’eau ont été réalisées dans le ruisseau en amont du canyon. A cause de mauvais résultats, le maire de la commune de la Bridoire a pris un arrêté d’interdiction du parcours du canyon du Grenant.

Après l’interdiction du 13 avril 2018 puis la ré-ouverture du ruisseau à la pratique du canyoning le 4 mai, les dernières analyses microbiologiques du 14 mai sont de nouveau très au delà de la limite. Suite à ces résultats, le maire de la Bridoire a de nouveau interdit la pratique du canyoning à compter du 17 mai 2018. L’arrêté ne sera levé que suite à des résultats d’analyse conformes avec la réglementation en vigueur.

Liens vers les documents téléchargeables :

Qu’est ce que la leptospirose ?

Les leptospiroses sont des maladies infectieuses, de gravité variable, dues à des bactéries du genre Leptospira. Ce sont des maladies communes aux humains et aux animaux (mammifères). Les réservoirs principaux sont les rongeurs sauvages (porteurs sains), puis les chiens et les animaux : porc, chevaux, bovins…. Ces animaux excrètent les bactéries pathogènes dans leur urine, qui contamine le sol et les eaux, source directe ou indirecte des infections humaines (activités en eaux douces ou usées). Il n’existe pas de transmission interhumaine.

On peut se protéger de la leptospirose lors de la pratique du canyoning en évitant notamment la mise en contact de plaies dans l’eau de baignade.

Allez plus loin :

Note de la rédaction : origine des pollutions

Les dernières analyses d’eau dans le ruisseau du Grenant ont été réalisées le 14 mai 2018 à 12h36 après une période de pluies comme le montre la figure suivante. Les précipitations des 36 heures précédant l’analyse sont de 26 mm. Les analyses montrent que l’eau n’est pas claire (transparence in situ de 30 cm) : l’eau du canyon est chargée en substances qui ont été lessivées sur les sols du bassin versant.

Il serait donc intéressant de rechercher l’origine d’une éventuelle pollution microbiologique dans les eaux de ruissellement en cas de pluie afin de connaître l’origine de la pollution du ruisseau du Grenant : animaux sauvages ou domestiques, activités humaines, etc.

Précipitations relevées à Chambéry les 13 et 14 mai 2018 (données : Météo France)