Canyoning | Bureau Escalade Montagne de Lyon

Un milieu naturel à protéger

Le canyoning est un sport qui se pratique dans un milieu naturel sensible : l’écosystème de la rivière. Le passage répété de groupes de canyoneurs dans un lit de rivière ou un canyon peut avoir des effets néfastes sur l’écosystème, particulièrement marqués à certaines périodes de l’année et dans certaines conditions.

Les invertébrés benthiques

Ces organismes sont les premiers occupants en nombre des cours d’eau et sont pour une part d’entre eux invisibles à l’œil nu pour un marcheur ou un canyoneur. Les invertébrés visibles (macros-vertébrés) vivent soit dans les premiers centimètres du lit du cours d’eau (benthos) soit dans l’eau ou en surface : vers, mollusques, crustacés, larves d’insectes et insectes adultes.

Un macro-vertébré benthique : la larve de plécoptère

Un macro-vertébré benthique : la larve de plécoptère

Les poissons

Les canyons se classent parmi les « têtes de bassin versant », correspondant à la « zone à truites » (première catégorie piscicole). Parmi les différentes espèces, l’espèce phare est la truite Faurio. De novembre à janvier, la truite Faurio va rechercher des environnements en eaux peu profondes sur graviers pour se reproduire et pondre ses œufs : la frayère. de janvier à avril, les œufs vont éclore pour libérer les larves qui deviendront des alevins qui descendront le cours d’eaux. Il est particulièrement nuisible à l’espèce de pratiquer le canyoning de manière inconsidérée dans les zones de frayère lors des périodes de ponte et d’éclosions des œufs.

La truite Faurio

La faune ripicole

La faune ripicole est la faune qui vit et qui croit sur les rives des eaux courantes comme les ruisseaux. Le passage répété d’êtres humains sur les rives va dégrader l’habitat des espèces s’y trouvant :

  • Oiseaux : Cincle plongeur, martin pêcheur, bergeronnette grise et des ruisseaux, rapaces fréquentant les falaises
  • Batraciens : crapauds et grenouilles, salamandres et Tritons
  • Reptiles, Mammifères, Chauve-Souries …
Un reptile des canyons : la salamandre tachetée

Un reptile des canyons : la salamandre tachetée

Protéger l’écosystème et respecter ses riverains

La pratique du canyoning doit s’accompagner de certaines précautions pour limiter l’impact de l’activité sur le milieu naturel et sur les riverains des cours d’eau. Afin de protéger l’écosystème, il faut veiller à Eviter absolument la pratique de novembre à avril, dans les zones de reproduction des truites et en période d’étiage très sévère par exemple en été lors de sécheresse

Éviter le piétinement des zones graviers-cailloux-galets : ce sont les zones préférées par les invertébrés « sensibles ». Éviter de déranger la faune ripicole en restant discret. Et toujours respectez les riverains, pêcheurs et autres usagers des rivières. N’hésitez pas à vous faire accompagner en canyoning par un guide professionnel conscient des risques encourus par les écosystèmes. Il vous fera découvrir ce milieu naturel sensible en respectant au maximum les règles de préservation de la vie des cours d’eaux.